Neurosis

Je les ai enfin revus au Hellfest, et dieux que c’était bon ! Une heure d’une transe intense, violente et calme à la fois, comme ils savent si bien le faire (mais pourquoi ne suis-je pas allé au Roadburn 2016, moi ?).

Oui, c’est l’un des deux meilleurs concerts que j’ai faits au Hellfest cette année (l’autre étant celui d’At The Gates). « End Of The Harvest », quoi. Et ce final de « Throught Silver In Blood » avec Scott Kelly et Steve Von Till aux percus a été tellurique.

Du coup, je me suis replongé dans leur discographie, et tant qu’à y être je vais vous en faire profiter un peu.

Musicalement, Neurosis sont – à peu de choses près – les inventeurs de ce son sludge / post-metal lent, pachydermique et oppressant, piochant à la fois dans leurs racines hardcore et dans le doom Sabbathien le plus poisseux. A cela, ajoutons des influences psychédéliques, indus et folk, pour donner ce mélange assez particulier, c’est le moins que l’on puisse dire.

Qu’est-ce qui fait l’attrait de ce groupe (hormis l’originalité de leur son et de leurs compos) ? Leur violence, certes, mais surtout leur impact émotionnel terriblement impressionnant. C’est viscéral et cathartique, physique. Neurosis n’est pas, ne peut pas être pour tout le monde, tellement l’intensité (et le malaise, parfois), sont palpables. Oh, ai-je précisé que ‘neurosis’ veut dire névrose en anglais ?

Ce live de 1996 résume pas mal de choses…

Vous voyez ce que je veux dire par « intense » ? J’ai découvert cette vidéo il y a plus de dix ans maintenant, et j’ai été estomaqué. Elle m’impressionne toujours.

Vous êtes toujours là ? Bien ! Faisons donc un tour rapide dans leur discographie.

Leurs deux premiers albums, Pain Of Mind et The Word As Law, sont du punk / hardcore teigneux et somme toute pas toujours très original, même si l’on note une complexification progressive des morceaux d’un album à l’autre – plusieurs morceaux de The Word As Law portent en germe des graines qui écloront sur Souls At Zero, avec notamment un ralentissement assez net du tempo (en général).

Tout change en 1992 avec la sortie de Souls At Zero. Cet album marque le monde du métal, signalant l’éclosion d’un nouveau monde. Puissant, original, il est à lui tout seul un univers de potentialités, la naissance d’un genre, grâce à des morceaux exceptionnels. Je me rappelle encore la claque quand je l’ai écouté pour la première fois ; ce n’était pourtant pas mon premier contact avec Neurosis (l’honneur revient à Times Of Grace), mais c’est peut-être leur album que préfère.

Difficile de choisir une seule chanson, donc tant qu’à y être je vous mets la toute première. Oh, et autant vous prévenir, les morceaux vont souvent être un peu longs 😉

L’année suivante, Neurosis enfoncent le clou, et de quelle manière ! Enemy Of The Sun est sans réels doutes leur album le plus sombre, violent, et claustrophobique. Pour dire, même les passages calmes n’aident pas à respirer et accentuent l’oppression (« Burning Flesh In Year Of Pig », pour ne citer que lui). Et puis il y ce final tribal, aussi.

Pareil, premier morceau.

Throught Silver In Blood, en 1996, achève d’enfoncer le clou du pachydermisme, mais voit aussi apparaître les passages aériens. Vous vous rappelez de « Locust Star », le morceau live au début de l’article ? Elle vient d’ici. Throught Silver In Blood est considéré comme l’un des meilleurs albums du groupe…

L’autre étant Times Of Grace (1999), qui est souvent cité comme l’équilibre parfait entre calme et pesanteur dans leur discographie. Qui plus est, cet album a un frère siamois : Grace, des Tribes Of Neurot, qui est un side-project de Neurosis, où ils font encore plus expérimental qu’à leur habitude. Cet album, qui peut très bien s’écouter tout seul, est néanmoins prévu pour être lu en même temps que Times Of Grace, pour un rendu encore plus complexe et hypnotique (pour avoir eu l’occasion de passer la doublette en entier à la radio il y a sept ou huit ans, je confirme Emoji).

A Sun That Never Sets (2001) continue dans une direction plus calme, qui culmine en 2004 avec le bien nommé The Eye Of Every Storm, de loin le plus atmosphérique de leurs albums. Malgré toute cette histoire de calme et d’apaisement, A Sun That Never Sets termine avec le morceau qui est l’une des meilleures descriptions musicales de l’apocalypse que je connaisse, si ce n’est la meilleure (« Stones From The Sky », juste en dessous).

Entre les deux, notons la collaboration avec l’ex chanteuse des Swans, Jarboe. C’est d’un glauque et poisseux qui est merveilleux (et pourtant, dans le genre post-collab à chanteuse y’a eu mieux depuis. Mais j’en reparlerai probablement).

Je vous aurais bien mis « Cringe », mais « Taker » est pas mal non plus.

Ensuite, retour à noirceur et pesanteur avec Given to The Rising (2007), qui émotionnellement est un (relatif) poil moins oppressant que les débuts du groupe. Ce qui ne rend pas l’album moins excellent pour autant.

Maintenant que les grandes lignes sont tracées, Honor Found in Decay (2012) et Fires Within Fires (2016) se ‘contentent’ d’enrichir le répertoire et la palette du groupe, chacun trouvant son équilibre entre calme et agression. On les sent un peu plus posés, quelque part, la noirceur toujours présente n’est plus si poisseuse qu’avant…

***

Voilà pour ce petit tour dans l’univers des fondateurs de la réponse du hardcore et du metal au post-rock.

Si vous ne connaissiez pas et que, malgré vôtre amour évident pour la musique amplifiée, vous n’avez pas aimé, j’aurais presque envie de dire : c’est normal, et c’est pas grave. Il est bien possible que cela vienne plus tard 😛 .

Si vous avez aimé, je vous assure que le genre, s’il peut tourner en rond comme tous les autres, recèle quelques pépites phénoménales.

Mais ceci est une autre histoire ! 😉

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :