Sean Reinert (1971-2020)

(ci-dessus, Sean Reinert et Paul Masvidal lors de la réunion de Cynic au Hellfest 2007)

C’est le genre de nouvelle qui n’est jamais sympathique. Surtout qu’il n’avait que 48 ans. Mais voilà… Sean Reinert, batteur de Cynic, ainsi que sur le mythique Human de Death, est mort hier…

1991. Le death metal a explosé dans l’underground, et commence à partir dans toutes les directions. Alors que leurs potes d’Atheist sortent leur deuxième album (l’excellentissime Unquestionnable Presence), Cynic continuent à peaufiner leurs démos. En attendant, Sean Reinert et Paul Masvidal ont été engagés par nul autre que Chuck Schuldiner de Death (le groupe, qui a donné son nom au style) pour enregistrer un nouvel album. Steve DiGiorgio, génie de la quatre corde, complète le line-up de folie pour ce qui reste l’un des albums majeurs du death metal. Les compositions sont complexes, d’une technicité affriolante, sans pour autant renier ni agression ni mélodie. Le death dit technique, ou progressif, est né, et de quelle manière ! « Flattening of Emotions » est le morceau d’ouverture. Ecoutez donc cette intro à la batterie… « Cosmic Sea », quand à lui, est le seul instrumental de l’album, le plus accessible donc pour celles et ceux d’entre vous qui n’ont pas l’habitude des vocaux extrêmes, et une vraie merveille de technicité et d’ambiance…

Ah, Focus… Nous sommes en 1993, et plusieurs groupes de death défrichent de nouveaux horizons. Parmi ceux-ci, l’indus (Fear Factory, Morgoth…), mais aussi le jazz, l’électro ou l’ambient… On retrouve ici les floridiens fous d’Atheist et bien évidemment de Cynic. « Focus », à l’époque, est un OVNI, avec son agression contrebalancée par des breaks très calmes, une ambiance new age, du chant au vocoder, et une inimitable touche jazzy. Plus d’un quart de siècle plus tard, il reste unique, inimitable, et créateur d’un nombre de vocations incalculable (dans un style différent, mes chouchous de Textures ont tiré leur nom de l’excellent instrumental de Focus). Pour découvrir, voici donc les morceaux d’ouverture et de clôture – vous verrez, même si l’agression metal est bien présente, c’est déjà moins extrême que Death 😉

Mais voilà. Focus est une oeuvre majeure, mais trop avant-gardiste peut-être pour l’époque. Le groupe s’est séparé après la démo d’un nouveau projet très atmosphérique et à voix féminine, nommé Portal. Puis, toujours avec son compère Paul Masvidal, Sean Reinert a monté un nouveau groupe nommé Æon Spoke, qui évolue dans un rock alternatif assez atmosphérique. Si j’en crois Wikipedia, plusieurs de leurs chansons ont servi à la télé et au cinéma. Mais ce ne sont pas mes préférées, écoutez donc celles-ci :

Cynic s’est ensuite reformé en 2007 ; ils ont ressorti quelques albums et EPs, mais rien du niveau de Focus (et j’aime Traced in Air, pourtant).

Je suis heureux de les avoir vus sur scène à trois reprises. Genre, vraiment. Ne ratez donc pas les occasions de voir live les musiciens que vous aimez. Ou vos acteurs préférés au théatre. Etc. Memento Mori, et c’est valable pour eux aussi…

Rest In Peace, Sean, and thanks for all the great music!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :